137J - Chartrier d'Audrieu

  • Chartrier d'Audrieu - Fonds Livry-Level
  • Famille Livry-Level
Documents iconographiques
Déplier tous les niveaux

Cote/Cotes extrêmes

137J/1-137J/46

Date

1223-1960

Description physique

4,0 ml

Biographie ou Histoire

La famille Séran s'installe à Audrieu à la suite de l'alliance matrimoniale conclue entre Guillaume Séran, sieur de la Tour à Saint-Pierre-Canivet, et Marguerite de Percy, héritière du lieu, en 1593. En récompense de ses services, Louis XIII donne à ce dernier le bénéfice de lettres d'érection de son fief en baronnie.

Modalités d'entrées

2017-5409 don de la famille Livry-Level

Présentation du contenu

Gracieusement offert en don aux Archives du Calvados par les propriétaires, cet important fonds privé s'articule, mis à part les papiers Level, autour de deux pôles principaux : Les Séran et leur terre et baronnie d'Audrieu, pour l'essentiel du XVe au XIXe siècle, d'une part, et le fonds familial Saillard de Bois-Bertre, bien développé pour le XIXe et le début du XXe siècle, d'autre part. A propos de ce dernier, il s'est trouvé parfois difficile d'identifier à coup sûr l'auteur ou destinataire de certains actes, nommé souvent « baron Saillard », à des moments où plusieurs personnages du nom coexistent. Des doutes mineurs subsistent donc, trop longs à lever pour cet instrument de recherche.

Le fonds seigneurial d'Audrieu, assez faiblement représenté, possède malgré tout son terrier établi à la fin du XVIIIe siècle et un petit ensemble de déclarations seigneuriales, peu fourni avant la fin du XVIe siècle, mais heureusement complété par des contrats de fieffe du XVe. La liste des propriétaires du lieu apparaît assez bien (familles d'Estampes, Percy puis Séran).

Les « débats de tenure » (litiges entre seigneuries voisines pour la propriété de terres ou de rentes foncières) qui subsistent permettent une fois de plus de poser le constat du morcellement des terroirs créé par de nombreuses enclaves et extensions féodales (fieffermes du roi et de la comtesse de Boulogne, fief Paisnel, fief de la Motte-Audrieu, extensions des seigneuries de Cully et de La Motte-Creullet sur Audrieu, et d'Audrieu sur Cristot et Tessel), ainsi que par la présence ancienne de droits fonciers donnés aux établissements ecclésiastiques (Sainte-Chapelle de Paris, abbayes d'Aunay, de Saint-Etienne de Caen, de la Sainte Trinité de Vendôme, Hôtel-Dieu de Caen, prieuré de Saint-Nicolas de La Chesnaye, prébende de l'évêché de Bayeux).

Les actes familiaux Séran conservés donnent des indications suffisantes pour confirmer la filiation de cette branche d'Audrieu à l'aide d'actes authentiques depuis la fin du XVe siècle jusqu'au milieu du XIXe, date du passage patrimonial aux Saillard de Bois-Bertre via l'alliance de Fontaines.

Le mariage entre Philippe Level et Nicole Saillard de Bois-Bertre, en 1920, apporta aux Level la propriété du château et les papiers de famille qui y étaient abrités. Des lacunes portent sur la correspondance reçue au XIXe siècle, limitée à un très petit nombre de pièces.

Fort heureusement, les archives d'Edouard Saillard de Bois-Bertre, diplomate en vue de 1854 à 1868, permettent de suivre attentivement son parcours professionnel, jusqu'à sa mort à la tête de son bataillon lors de l'attaque d'un détachement prussien par la Garde nationale de la Seine à Fontenay (en décembre 1871), et d'imaginer ses échanges épistolaires avec son grand-père Portalis en consultant les réponses de ce dernier.

De milieu marchand originaire de L'Aigle (Orne), spécialisé dans la petite sidérurgie (fil de laiton, épingles, aiguilles), devenu sous l'Empire banquier lié à la puissante Maison de commerce Laffitte, Pierre Saillard obtient des lettres d'anoblissement en 1818 et le titre de baron en 1823. Deux relations de voyages et une autobiographie rédigée in extremis paraissent du plus grand intérêt.

Ses descendants sur deux générations choisissent d'occuper, entre 1820 et 1880, des postes départementaux de la recette générale des finances.

Très attaché à l'assise foncière de son majorat du Bois-Bertre, à Saint-Martin-d'Ecublei, Pierre Saillard, devenu membre du Conseil général de l'Orne, va y développer dans la dernière partie de sa vie (1830-1840) un mode agricole raisonné, voire rationnalisé. Son fils poursuit cette vision des choses et aménage, à partir de 1852, une demeure châtelaine considérable, dans le style du temps.

Enfin, avant d'épouser Philippe Level, Nicole Saillard de Bois-Bertre était veuve d'Edmond, comte Servin, secrétaire d'ambassade, mort à la guerre en 1916. Mises à part quelques lettres écrites à son épouse en 1914-1915, et un travail historique consacré à Louis Servin, avocat parisien (1555-1626) , le fonds ne conserve que des dossiers (fin XIXe siècle) concernant la gestion de fonds forestiers à Vallières et à Saint-Phal, dans le département de l'Aube.

Autre instrument de recherche

Suite à l'achat en 2015 du chartrier de Saint-Pierre-Canivet (83J/1-83J/54), les Séran font donc désormais partie du groupe des familles les plus documentées dans les fonds consultables aux Archives du Calvados.

Cote/Cotes extrêmes

137J/1-137J/3

Documents iconographiques

Cote/Cotes extrêmes

137J/3

Date

1875-1950

Présentation du contenu

Photographies (documents uniquement numérisés, les originaux sont restés en possession du donateur).- Thèmes : Jacques Level et sa famille, Philippe Livry-Level, vacances au Pays de Caux (église d'Ancretteville-sur-Mer), aviation, mariage Malmenayde/Hunebelle.

Deux dessins de châteaux (fin XIXe-début XXe s.).