Etat des fonds de la Seconde Guerre mondiale

Déplier tous les niveaux

Origine

Tous producteurs.
 

Biographie ou Histoire

C'est parce que les archives de la Seconde Guerre mondiale proviennent de différents producteurs, publics (services de la préfecture, des sous-préfectures, des communes, les services déconcentrés de l'Etat, etc.) et privés (les entreprises et les particuliers), et sont de différentes natures (documents papier, iconographiques, photographiques, enregistrements vidéo, etc.) qu'elles sont classées dans différentes séries du cadre de classement des Archives départementales. Ainsi, ces archives se trouvent classées dans la série W des archives contemporaines, dans les séries modernes, dans la série EDT des archives communales, dans la série J des archives privées, dans la série FI des archives iconographiques et dans la série AV des archives audiovisuelles. 

Cette articulation complexe peut être une première difficulté pour exploiter ces fonds. 

La seconde difficulté repose sur l'état de classement de ces archives. Effectivement, ces fonds volumineux, arrivés en masse à des époques différentes, n'ont pour le moment pas tous fait l'objet de travaux de classement (ce qui n'empêche pas leur communication au public).

C'est pour faciliter et valoriser ces documents que les Archives du Calvados proposent cet état général des fonds de la Seconde Guerre mondiale. 

Présentation du contenu

Sont présentés les fonds de la Seconde Guerre mondiale quels que soient leur origine (producteur), leur nature (archives publiques ou privées) et support (papier, photos, vidéos...).

Cet état des fonds a pour objectif de présenter les archives et instruments de recherche (existants) de la Seconde Guerre mondiale. Cet instrument de recherche n'est pas exhaustif. Y sont présentés les fonds ayant fait l'objet de travaux (inventaires, classements...) mais également ceux en attente de traitement. 

La présentation se fait d'abord par services producteurs (préfecture, sous-préfectures, chambres civiques, cours de justice, directions ou services départementaux, etc.) puis par versements. Pour chaque versement une présentation du contenu est donnée. S'il existe un instrument de recherche à consulter en ligne, un lien permet d'y accéder. Sinon, le lecteur est invité à venir consulter l'instrument de recherche papier en salle de lecture. 

 

 

Origine

Contrairement aux archives publiques, les archives privées sont acquises par voies dites « extraordinaires », c'est-à-dire via des dons, achats, legs, etc.
 

Présentation du contenu

Ce sont des archives de structures reconnues dans le département pour leur action, leur caractère emblématique ou celles d'hommes et de femmes dont le destin personnel a un intérêt particulier pour l'histoire du territoire. Les fonds privés complètent les archives publiques et apporte un éclairage original sur l'histoire.

Deux séries sont concernées : la série F et la série J.

Pour la période, la série J paraît être la plus intéressante. On y trouve :

  • de petits fonds et pièces isolées (1J et 6J) ;
  • le comité départemental du Débarquement, association régie par la loi de 1901 ;
  • des archives de prisonniers de guerre ;
  • des archives de résistants ;
  • des archives liées à la reconstruction (plus particulièrement des archives d'architectes).

Sont également conservées les archives économiques du monde du travail comme celles de la Société de Métallurgie de Normandie (SMN) ou de la Société des Mines de Soumont dont les archives sont riches en informations sur la mobilisation industrielle, les restrictions en matériel et la reconstruction. Les archives racontent les bombardements, le pillage du matériel et le réflexe de la population qui se réfugie dans les galeries des mines.

 

Archives de résistants

Autre instrument de recherche

Raymond Triboulet, premier sous-préfet de la zone libérée (63J)

Léonard Gille, président du comité de Libération du Calvados (66J)

Jacques Vico, résistant et animateur d'associations d'Anciens Combattants (59J)

Lucien Levillain, résistant (146J)