Saint-Etienne de Caen

Déplier tous les niveaux

Cote/Cotes extrêmes

H/1817-H/3998

Date

XIIe-XIXe siècles

Description physique

64 mètres linéaires

Origine

Abbaye Saint-Etienne de Caen ; Abbaye aux Hommes

Biographie ou Histoire

L'abbaye de Saint-Etienne, ou "Abbaye-aux-Homme", a été fondée par Guillaume le Conquérant et sa femme Mathilde en expiation de leur mariage contracté à un degré de parenté prohibé par l'Eglise. La dédicace de l'eglise eut lieu en 1064. L'église fut devastée par les Anglais en 1350, puis durant les guerres de religion en 1562 (H/1924). A cette époque, le tombeau de Guillaume fut pillé. L'église a ensuite été réformée par les Mauristes en 1663.

Au XVIIe siècle, l'abbé commandataire de l'abbaye est le fils naturel d'Henri IV Antoine de Bourbon-Bueil (voir son sceau, H/1896/2). Les bâtiments conventuels reconstruits par Guillaume de la Tremblaye au XVIIIe siècle ont abrité au XIXe siècle le lycée Malherbe, puis après la guerre l'Hôtel de Ville de Caen.

Histoire de la conservation

Le fonds d'archives fut comme dans beaucoup d'autres établissements monastiques bas-normand considérablement désorganisé par les guerres de Religion : le pillage du chartier est mentionné dans les archives (H/1924). La reprise en main de l'établissement par les Mauristes conduisit à un effort d'organisation et d'inventaire des archives à partir des années 1672-1674, à des fins d'ailleurs strictement utilitaires. Le soin du chartrier appartenait au célerier chargé des intérêts de la maison, avec l'aide de feudistes qui étaient essentiellement des hommes de pratique, avocats ou procureurs.

L'archiviste du district Guillaume-François Quesnot en reçut la responsabilité, avec les autres chartriers d'Ancien Régime, à partir du 11 avril 1791. Un arrêté du 28 germinal an XII (18 avril 1804) décida le transfert du fonds au premier dépôt des Archives départementales, installé dans l'ancien Collège du Mont. Quesnot était essentiellement affecté au "triage des titres", avec les conséquences néfastes habituelles. Des pertes importantes résultèrent également des premiers travaux érudits de De La Rue et Léchaudé d'Anisy qui furent malheureusement autorisés à emprunter des pièces.

Gervais De La Rue puis Léchaudé d'Anisy ne s'intéressaient qu'aux pièces "historiques" d'exception. Surtout, ils bénéficiaient de conditions d'accès beaucoup trop libres qui eurent des conséquences très fâcheuses. Les documents soustraits par De La Rue se sont pour certains retrouvés dans la collection de Thomas Stapleton, l'éditeur des Magni Rotuli Scaccarii Normanniae, dont un état a été dressé en 1881 (BNF, nouvelles acquisitions latines 1428) et qui fut acquise en partie en 1920 par la "John Rylands Library" de Manchester. D'autres documents de moindre valeur, passés entre les mains du collectionneur anglais sir Thomas Philipps, purent être récupérés par Léopold Delisle pour la Bibliothèque nationale. Les documents "empruntés" par Léchaudé restèrent pendant des années dans ses cartons et il fallut une mesure de police pour en ramener une partie aux Archives départementales en 1853. Le cartulaire le plus ancien, cité comme perdu par Lucien Musset, fut également miraculeusement retrouvé et réintégré aux collections publiques en 1996 (1J/41).

Le fonds de l'Abbaye-aux-Dames n'eut pas la même chance et ses actes les plus anciens furent eux souvent perdus, à l'exception du cartulaire retrouvé par Delisle et intégré aux collections de la Bilbiothèque nationale (ms latin 5650).

Le travail de Léchaudé d'Anisy, publié par la société des Antiquaires de Normandie (voir autres instruments de recherche) est resté malgré tout une base pour la connaissance du fonds pendant très longtemps. Malheureusement, sa double numérotation a également été systématiquement ajoutée de manière assez grossière, ce qui nuit à la qualité esthétique des chartes, de même que les tampons apposés brutalement et parfois plusieurs fois au cours des XIXe et XXe siècle.

Le classement actuel du fonds procède du travail réalisé par René-Norbert Sauvage, archiviste départemental également auteur du classement du fonds de Troarn, au début du XXe siècle. Ce classement n'a pas été repris depuis. Après les inventaires, il a réuni en premier lieu les actes anciens par groupements diplomatiques, puis par baronnies. Le défaut principal de son travail a été de ne pas faire référence à celui de Léchaudé d'Anisy, dont la seule concordance se trouvait de manière manuscrite sur quelques exemplaires de la publication de Léchaudé d'Anisy (BH/8/258/1-2). Par ailleurs, le choix d'un répertoire assez sommaire a conduit à créer des cotes regroupant plusieurs actes de grande importance historique, ce qui a nuit à la traçabilité des actes lorsqu'on s'est préoccupé de les restaurer et conserver à plat. 

A partir de 2012, un important travail est réalisé sur ce fonds : prises de vue et mise en ligne, restauration et conservation à plat des sceaux. Ce travail a conduit à numéroter plus finement certaines chartes pour mieux les identifier et protéger : ainsi H/1830 a été recoté H/1830/1 à H/1830/6. La concordance avec la numérotation de Léchaudé d'Anisy a été vérifiée pour tout le Moyen-Age et a permis de vérifier qu'aucune perte n'était à déplorer depuis le début du XIXe siècle.

Évaluation, tris et éliminations, sort final

Malgré les pertes dues aux pillages des guerres de religion (évoquées dans l'acte H/1924), et les désorganisations du premier dix-neuvième siècle, le fonds de l'abbaye de Saint-Etienne reste considérable par son importance matérielle, diplomatique et historique, et représente un des fonds anciens les plus importants des Archives départementales et de la Normandie.

Le fonds est pauvre en cartulaire, avec un petit registre miraculement racheté dans les années 2000 (1J/41) et un registre d'époque moderne. Il comporte en revanche de nombreux actes anglo-normands et 6 actes de Guillaume (H/1830/1-H/1830/5), dont les confirmations générales de l'abbaye (deux actes cotés H/1830/1 et H/1830/1bis) et une charte autographe tout à fait magnifique dans sa grande simplicité (H/1830/5). L'ensemble des chartes de confirmations royales est remarquable, comme la richesse du fonds de chartes seigneuriales.

Une autre belle caractéristique du fonds est la présence de nombreux grands plans d'époque moderne de l'abbaye et de ses possessions, associés à leurs terriers. Le terrier de Rots (H/3226), du XVIe siècle et joliment enluminé, avec sa reliure d'origine, est particulièrement remarquable.

Quelques actes sont également remarquables pour la période de la guerre de cent ans, dont un acte de Jean le Bon évoquant le siège de Caen de 1346 (H/1838/4) et la période moderne, comme un acte conservant le sceau intact d'Antoine de Bourbon-Bueil, abbé commandataire et fils naturel d'Henri IV (H/1896/2)

Mode de classement

René-Norbert Sauvage avait réalisé l'inventaire de ce fonds, qui bien entendu a été respecté. Une partie de cet inventaire, à partir de la cote H/1884,n'a pas été reproduit ici faute du temps nécessaire et doit toujours être consulté sous format papier.

La principale modification a été une cotation à la pièce des actes médiévaux, de la cote H/1830 à H/1884. Chaque acte s'est vuattribué une cote en 3 partie de ce type : H/1830/1 pour le premier acte du dossier H/1830.

Conditions d'accès

Consultation sur dérogation du Directeur. La plupart des documents sont numérisés, microfilmés, ou en trop mauvais état pour permettre une consultation libre.

Autre instrument de recherche

Inventaires anciens

René-Norbert Sauvage, Le fonds de l'abbaye de Saint-Etienne de Caen aux Archives du Calvados, Caen, 1911. Inventaire assez synthétique, surtout pour les chartes médiévales qui n'ont pas été cotées assez finement pour permettre une identification aisée.

Léchaudé d'Anisy, Extrait des chartes et autres actes normands ou anglo-normands qui se trouvent dans les archives du Calvados, dans Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie. Caen, t. VII et VIII.1834-1835. Cet ouvrage, appelé communément Les anciennes abbayes normandes, est le seul avant l'inventaire de René-Norbert Sauvage. Il se présente comme un catalogue de pièces originales, choisies d'une manière subjective et présentées dans l'ordre chronologique, et dont la fiabilité historique a souvent été dénoncée. Pour autant, ce travail reste précieux et une concordance a pu être réalisée presque intégralement à la pièce et signalée dans l'inventaire (mention parfois abrégée en LA). Une double numérotation permet de signaler à la fois l'ordre d'origine des chartes (numéro souvent en rouge) et l'ordre choisi par Léchaudé pour sa description (numéro ajouté en noir).

Voir la concordance entre la numéroration de Léchaudé d'Anisy et les actes actuelles.

Editions scientifiques des chartes anciennes

David Bates, Regesta Regum Anglo-Normannorum : the Acta of William I (1066-1087). Clarendon Press, 1998.

Lucien Musset, Les Actes de Guillaume le Conquérant et de la reine Mathilde pour les abbayes caennaises, Caen, Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie, t. 37, 1967.

Marie Fauroux, Recueil des Actes des ducs de Normandie (911-1066), Caen, Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie, t. 36, 1961.

Documents en relation

D/132

6G/1387 : Mandement de prières à Saint-Etienne de Caen pour les jubilés de 1684 et de 1701.

Documents séparés

 

  • - Archives départementales du Calvados, série B, greffe de la moyenne et basse justice de l'abbaye Saint-Etienne
  • - Bibliothèque nationale de France, mss nouvelles acquisitions françaises 20218-20221, Mémoires et titres pour l'histoire de l'abbaye de Saint-Etienne de Caen recueillis par l'abbé De La Rue. Il s'agit des documents empruntés par De La Rue passés par la collection Philipps et récupérés par L. Delisle. Il faut citer dans cet ensemble un petit cartulaire du XVe siècle aux initiales enluminées de 8 feuillets, réunissant les chartes de fondation et la notice sur les origines de l'abbaye (n°20219).
  • - Bibliothèque municipale de Caen, mss in-folio 126, 133, 148
  • - Pièces isolées conservées aux Archives départementales de l'Orne et de la Seine-Maritime, au musée des Beaux-Arts de Caen (collection Mancel), à la Bibliothèque nationale et à la Bibliothèque municipale de Caen. On peut citer notamment aux Archives départementales de l'Orne les actes originaux du XIe siècle cotés H 1817 et H 421 (don à l'abbaye par Roger de Montgommery du bourg de Trun au XIe siècle).

 

Bibliographie

C. Hippeau, L'abbaye de Saint-Etienne de Caen, 1066-1790. Caen, 1855.

Mots clés matières

Cote/Cotes extrêmes

H/1914-H/3998

Date

s.d.

Présentation du contenu

Plans et terriers, aveux, plaids et gage-plèges, comptes, procédures de justice, baux et rentes

Cote/Cotes extrêmes

H 3450-3641

Biographie ou Histoire

Cette baronnie appartenait à la mense conventuelle

Bois et pêche : divers

Cote/Cotes extrêmes

H/3496

Date

1390-1781

Description physique

16 pièces parchemin, 189 pièces papier

Présentation du contenu

Ventes, 1642-1651 ; taxes, 1693 ; office de gruyer, 1707-1710 ; coupes, 1725, 1762, 1781