F/4836-F/4849/5 - Chartrier de La Rivière-Pré-d'Auge

Déplier tous les niveaux

Cote/Cotes extrêmes

F/4836-F/4849/5

Organisme responsable de l'accès intellectuel

Archives du Calvados

Modalités d'entrées

Trois dépôts de 1987 à 1989 (F/4836-F/4844, F/4845-F/4846/2, F/4847-F/4849/5).

Présentation du contenu

Les trois dépôts ont successivement fait l'objet d'un classement, à chaque fois suivi d'un microfilmage immédiat. L'instrument de recherche est méthodique avec un classement par familles.

Aux documents concernant la famille de La Rivière-Pré-d'Auge, habitant le château situé dans la commune du Pré-d'Auge, se sont ajoutés au fil des générations les papiers d'alliances : ceux des familles Carbonnel (par le mariage en 1452 de Guillaume de La Rivière avec Hélène Carbonnel), de Bonnefonds (par le mariage en 1732 de Charles Jacques, comte de La Rivière-Pré-d'Auge et de Marguerite de Bonnefonds), de Baillon et alliées (par le mariage en 1832 d'Aimé, comte de La Rivière-Pré-d'Auge et de Christiane de Baillon), du Bouzet (par le mariage en 1866 de Georges, comte de La Rivière-Pré-d'Auge et de Louise de Hémant, petite-fille de Louis du Bouzet) et familles alliées. Le fonds le plus important concerne les papiers apportés par cette dernière alliance avec les archives de la famille de Chasot (ou de Chazot) et alliés (Le Coifferel, de Droulin...) concernant principalement l'Orne (Escorches, Vary, Avoine, Tanques...). Bien que peu nombreux, des papiers de l'amiral du Bouzet qui débarqua les premiers français en Terre Adélie en 1840 sont à signaler. 

Existence et lieu de conservation de copies

Les archives décrites dans cet inventaire ont fait l'objet d'un microfilmage sous les cotes 1MI/459/1-1MI/459/11. 

 

Biographie ou Histoire

Georges, comte de La Rivière-Pré-d'Auge épousa en 1866 Louise de Hémant, petite-fille de Louis du Bouzet et de Marguerite de Chasot, et nièce de l'amiral Jospeh du Bouzet.

1721-1722

Cote/Cotes extrêmes

F/4844

Date

1721-1722

Présentation du contenu

Procuration de Claude Le Coefferel, lieutenant général au bailliage d'Argentan, et Françoise-Catherine Dufour, son épouse, pour un procès qui les oppose au sieur de Ray (1721).

Correspondance passive : lettres signées de Vigneral (1722).