53J - Kéolis Calvados

  • Kéolis Calvados, service communication
  • Les transports départementaux depuis 1980
  • Les transports départementaux
  • Négatifs
  • Bus Verts
  • Supports de communication
  • Publicité
Affiches sur les bus
Déplier tous les niveaux

Cote/Cotes extrêmes

53J/1-53J/113

Date

1937 - 2011

Description physique

4.75 ml

Origine

Kéolis CalvadosLes Courriers NormandsCalvados Transports et Services

Biographie ou Histoire

Histoire du fonds

Courriers Normands (1937-1982)

La société nouvelle des « Courriers Normands » naît en 1937 suite à la fusion de trois compagnies : la Société des Transports Départementaux du Calvados (STDC), les Rapides de Normandie et les Courriers Normands. Avant cette date, les services d'autocars étaient en partie exploités par la Coordination du Rail et de la Route, ainsi que par 36 entreprises, artisanales pour la plupart. La création de cette société et de la gare routière est une conséquence indirecte du décret du 19 avril 1934, dit de coordination des transports ferroviaires et routiers, qui imposait aux entreprises routières de se regrouper pour supprimer ou réduire la concurrence faite à la SNCF.

En 1937, les Courriers Normands exploitent la quasi-totalité des services routiers dans le Calvados. Ils gèrent également deux lignes de voies ferrées d'intérêt local et le petit train transportant les voyageurs jusqu'à Luc-sur-Mer (jusqu'en 1944). Ils ont permis la création d'un réseau homogène desservant le Calvados et les départements limitrophes. En 1938, la gare routière est construite et mise en service.

Les Courriers Normands subissent les conséquences de la Seconde Guerre Mondiale. Dès 1939, ils n'assurent plus les services de transports pour pouvoir acheminer des milliers d'hommes mobilisés à la gare SNCF de Caen. Malgré les réquisitions en 1940, la société parvient à maintenir un service. De 1940 à 1941 ils utilisent du gazogène pour pallier la pénurie de carburant. En 1944, la société perd son matériel ainsi que 90 % de ses immeubles. Néanmoins, elle se réorganise rapidement, consciente du rôle des transports dans la reprise de la vie économique. La reconstruction permet un agrandissement et une modernisation de la gare, ainsi qu'un regroupement des garages et des ateliers. Le siège social et le centre principal d'exploitation sont basés à Caen. Des centres secondaires sont situés à Deauville, Lisieux, Vire et Bayeux. En 1953, une station routière est créée en liaison avec la SNCF pour faciliter le transit des voyageurs. Les Courriers Normands voient la fréquentation et la rentabilité baisser dans les années 1960-1970. En 1981, la gare routière est fermée et les services sont transférés dans une nouvelle station à côté de la gare SNCF. Ils disparaissent définitivement en 1982.

Société des Transports du Département du Calvados (1980-1990)

En 1980, la Société des Transports du Département du Calvados (STDC) assure la reprise des lignes gérées par les Courriers Normands. Le 2 janvier 1981, elle lance ses cinq premières lignes par le biais de véhicules exploités par la Sotrapec (créée en 1980), qui arborent des couleurs vertes et l'inscription « je suis un nouveau bus STDC ». Les usagers, séduits par les nouvelles couleurs des bus, les baptisent « Bus Verts ». Cette appellation est choisie en 1983 et devient le label commercial de la STDC.

Lors de la reprise des lignes des Courriers Normands, la nouvelle société crée trois sociétés d'exploitation : la Société des Transports de la Périphérie de Caen (Sotrapec), la Société Normande des Transports Collectifs (SNTC) et la Société des Transports du Pays d'Auge (STPA). La Sotrapec, située avenue de Tourville, est chargée d'exploiter les lignes au nord de Caen, dites « lignes de mer ». La SNTC, basée à Mondeville, s'occupe des lignes sud, « lignes de terre », et prend en charge la maintenance. La STPA est chargée, quant à elle, des réseaux de Honfleur (Ho Bus), Lisieux (Lexobus) et Deauville (Bus Verts). La STDC exploite donc par le biais de ses filiales les Bus Verts, les Bybus (Bayeux), les Lexobus, les Ho Bus et les Vbus (Vire).

En 1984, les Bus Verts fêtent déjà leur dix millionième voyageur. Forte de son succès, la STDC met en place de nombreux projets et partenariats, notamment avec la CTAC (Compagnie des Transports de l'Agglomération Caennaise) et la SNCF, pour répondre le plus largement possible aux attentes des clients. Le 29 décembre 1989, Michel d'Ornano inaugure la nouvelle gare routière après 9 mois de travaux.

Calvados Transports et Services (1990-2001)

En 1990, la STDC change de nom et devient Calvados Transports et Services. Cette société, dirigée par François-Xavier Gélin, continue d'exploiter le réseau interurbain des Bus Verts et les trois réseaux urbains Bybus, Ho Bus, Lexobus, Amibus (bus de Vire) ainsi que les cars Calvados Voyages et Transnormandie, les petits trains de Caen, Honfleur et Lisieux.

Les Bus Verts expérimentent un biocarburant, le « diester », en 1992. Cette opération est connue sous le nom de « Je roule au Colza ». En 1994, ils se mobilisent pour le 50e anniversaire du Débarquement en créant le « circuit 44 » et mettent à disposition 80 véhicules chargés d'acheminer les vétérans sur les lieux des commémorations.

En 1998, le département renouvelle sa confiance envers les Bus Verts pour 8 ans sur le thème d'une promesse intitulée « Bus Verts, l'adaptation permanente au service client ».

En 2001, Kéolis Calvados se voit confier l'exploitation des Bus Verts.

Kéolis (depuis 2001)

Kéolis Calvados est une filiale du groupe Kéolis. Elle assure l'exploitation de plusieurs réseaux de transport de personnes pour le compte d'autorités organisatrices dans le Calvados, dont les Bus Verts, Taxibus, Bybus, Lexobus et Ho Bus. Le service « Taxibus » permet à 497 communes d'atteindre 27 villes-correspondances du réseau dans la demi-journée. En 2004, les Bus Verts se dotent d'une nouvelle identité : les symboles (la pomme, le cheval, la plage) utilisés par les bus marquent plus nettement leur appartenance au Calvados. En 2007, les tarifs baissent et s'adaptent pour encourager l'utilisation des transports en commun. Deux ans plus tard, Kéolis Calvados emménage dans de nouveaux locaux situés à Mondeville.

Histoire de la conservation

Avant d'être déposé aux Archives départementales du Calvados, l'ensemble de ces documents a été retrouvé par Kéolis Calvados lorsque le groupe a déménagé.

Modalités d'entrées

Dépôt de la SAS Kéolis Calvados ( contrat en date du 4 octobre 2010).

Entrée n°2010-228

Présentation du contenu

La majeure partie du fonds est composée de diapositives et de photographies des Courriers Normands, des Bus Verts et des transports urbains. Les CD-roms contiennent des fichiers numériques allant de la période des Courriers Normands aux Bus Verts. Ce ne sont pas seulement les transports collectifs qui sont représentés, mais également diverses manifestations (réunions, inaugurations, anniversaire des bus, expositions...).

La documentation imprimée est composée de fiches horaires, de guides, de prospectus et de périodiques édités par Calvados Transports et Services ou par les Bus Verts. Elle apporte des informations sur certaines manifestations organisées par le réseau.

La plupart des VHS présente des reportages sur les Taxibus, les Bus Verts ou encore les Bybus. L'une d'entre elle, "On a pas tous les jours 20 ans!", propose un historique des Bus Verts.

Évaluation, tris et éliminations, sort final

Les éliminations pratiquées aux Archives départementales du Calvados ont porté sur les nombreux doublons de photographies, de diapositives et de fiches horaires, ainsi que sur tous les documents sans rapport avec le fonds (cartes de voeux, cassettes audio de musique, des VHS de marketing, ...).

Accroissements

Le fonds de la société des Bus Verts est un fonds clos mais des accroissement sont possibles si des documents sont encore retrouvés au siège de la SAS.

Mode de classement

Dans un souci de logique et de clarté, les documents ont été classés selon la société par laquelle ils ont été produits. Le fonds se divise en deux parties: les Courriers Normands (1937-1982) et les prestataires privés, employés par des organismes publics pour de la sous-traitance (1981-2011). A l'intérieur de chaque partie, les documents ont été classés d'abord par support, puis par thème. Avant leur conditionnement définitif, les documents ont été estampillés

Conditions d'accès

Kéolis Calvados confère une autorisation permanente et générale de communication des archives déposées suivant la réglementation en vigueur pour les archives publiques. (art. 5 du contrat de dépôt)

Conditions d'utilisation

  • Les reproductions de documents de moins de vingt ans sont soumises à l'autorisation préalable du déposant. (art. 6 du contrat de dépôt)
  • Les reproductions de documents de plus de vingt ans à usage privé sont autorisées. Les reproductions de documents de plus de vingt ans à des fins publiques ou commerciales sont soumises à l'autorisation préalable du déposant.(art. 7 du contrat de dépôt)
  • Toute citation ou reproduction d'archives de la Société Keolis doit être accompagnée de la mention d'origine. Toute image reproduite est soumise au respect de l'oeuvre couvert par le droit d'auteur et doit porter obligatoirement la mention : Société Keolis Calvados.(art. 9 du contrat de dépôt)

Documents en relation

Sources complémentaires

Sources complémentaires conservées aux Archives du Calvados

Fonds de la Société navale Caennaise (11J)

Fonds de l'Union des Artisans taxis, Abbeilles Taxi-Caen (25J)

Sources complémentaires conservées dans d'autres institutions

Archives du Loir-et-Cher : fonds de la Société des Transports Départementaux (9J)

Archives des Vosges : fonds de la Société de transport automobile des Hautes-Vosges (16J)

Archives de Loire-Atlantique : fonds de la Compagnie des Tramways de Nantes (41J)

Bibliographie

Histoire des transports en commun routier

COULLAUD, Christian et TILLIET, Daniel75 ans d'autobus en France , Paris, EPA, 1979.MCHANETZKI, Marie-Thérèse, Le transport routier à l'aube du 21e siècle, défis d'hier et d'aujourd'hui : 1948-1998, Genève, URU, 1998.

Les bus dans le calvados

DESERT, Gabriel, Atlas historique et statistique de la Normandie occidentale à l'époque contemporaine, Vol III, Les communicationsCaen, CRHQ, 2000.TELLIER, Nicolas," Les Courriers Normands", inCharge Utile Magazine, . , n°139-140-143-144, Paris, 2004

Les bus d'autres régions

GIMEL, Jérôme, PAPOUZOPOULOS, Bernard, Des tramways d'hier aux bus d'aujourd'hui : les transports urbains de Roanne , Saint-Etienne, Ed. ARF, 2007.FOURE, Jean-MarieDu tram au bus : l'histoire du transport public à AmiensEd. du Moulin-Alidor, 2009

Mots clés matières

Transport en commun, Transport routier

Mots clés typologiques

Document audiovisuel, Documentation, Photographie

Cote/Cotes extrêmes

53J 7 - 53J

Date

1980 - 2011

Cote/Cotes extrêmes

53J 7 - 53J 113

Date

1980 - 2011

Cote/Cotes extrêmes

53J 30/1 - 31/355

Date

[1982] - [2004]

Cote/Cotes extrêmes

53J 30/1 - 31/341

Date

[1982] - [2004]

Cote/Cotes extrêmes

53J 31/175 - 31/239

Date

[1983]-[1999]

Cote/Cotes extrêmes

53J 31/202 - 31/239

Date

[1983]-[1999]

Affiches sur les bus

Cote/Cotes extrêmes

53J 31/232 - 31/239

Date

[1993]-[1998]