26F - Correspondance d'Eugène Robillard de Beaurepaire, magistrat et érudit caennais

Déplier tous les niveaux

Cote/Cotes extrêmes

26F/1-26F/14

Date

1847-1899

Organisme responsable de l'accès intellectuel

Archives du Calvados

Description physique

1,8 ml

Biographie ou Histoire

La famille Robillard de Beaurepaire a donné à la Normandie plusieurs de ses érudits célèbres. En effet, les deux fils aînés de Victor de Beaurepaire, avocat à Avranches, ont tous deux été des spécialistes reconnus de l'histoire normande. Le second, Charles de Beaurepaire (1828-1908), archiviste paléographe, fut un des grands archivistes de la Seine-Inférieure. L'aîné, Eugène de Beaurepaire (1827-1899), ne borna pas son activité à ses fonctions de magistrat à Caen : il rédigea de nombreux articles pour le Moniteur du Calvados, fut secrétaire de la Société des Antiquaires de Normandie et vice-président de l'association normande, et publia de nombreuses études historiques de qualité.

 

Généalogie simplifiée : Victor de Beaurepaire, avocat à Avranches et Sophie Arondel eurent quatre enfants :

Eugène (1827-1899), magistrat à Caen qui épousa Anaïs Le Beschu (1827-1900) et eut une fille Marie (1856-1916), célibataire.

Charles (1828-1908), archiviste de Seine-Inférieure qui épousa Blanche le Taillandier et eut trois fils : Georges, avocat à Rouen, (grand-père de M. François de Beaurepaire, donateur du fonds), Charles (sans postérité) et Joseph.

Pauline, célibataire

Joseph, dont descendance féminine

 

Modalités d'entrées

Don en septembre 1994 (entrée 1994-15).

Présentation du contenu

La famille de Beaurepaire avait déjà donné en 1985 aux Archives du Calvados (F/4512-4525) la correspondance reçue par Arcisse de Caumont, qui était parvenue en sa possession, tandis que la correspondance scientifique de Charles de Beaurepaire avait fait l'objet d'un contrat de dépôt aux Archives départementales de Seine-Maritime.

La correspondance d'Eugène de Beaurepaire avait été déjà en partie classée par sa fille. Ce classement n'a pas été bouleversé ; on a regroupé au début la correspondance relative aux fonctions de magistrat, puis aux activités politiques (et en particulier au Moniteur du Calvados) ; vient ensuite la correspondance érudite, d'abord relative aux sociétés savantes au sein desquelles E. de Beaurepaire a assumé des responsabilités, puis les dossiers classés par lieux ou par ordre alphabétique de destinataire ; deux cartons de varia ont été regroupés à la fin.

Si une part non négligeable de cette correspondance ne concerne que la tenue des séances des sociétés ou les envois de publications, on pourra trouver cependant des renseignements sur les travaux historiques menés par les divers correspondants d'Eugène de Beaurepaire et le mouvement historique normand.

Conditions d'accès

Communicable

Société française d'archéologie

Cote/Cotes extrêmes

26F/5