Ouvrages du 15e au 18e siècle

Déplier tous les niveaux

Mots clés typologiques

Date de publication, production et/ou distribution

1777

Pagination

208-7 pages

Présence d'illustration

illustrations en noir et blanc

Dimensions et unité de dimensions

15x22,5 cm

Notes sur la zone de l'édition et de l'histoire bibliographique de la ressource

Edition originale ornée d'un frontipice gravé sur cuivre par Moreau le jeune.

Notes sur la zone de la publication, production, distribution, etc.

En vente à Avignon au profit des Rosières de Briquebec et à Paris chez l'abbé Le Monnier, Cour du Palais près de la Première présidence, Prault, imprimerie du roi quai de Gêvres, les frères Jombert et Cellot rue Dauphine et la Veuve Vallat-la-Chapelle sur le perron de la Sainte-Chapelle.

Note de résumé

Les fêtes des Bonnes-Gens est instituée à Mézidon-Canon en février 1775 par Jean-Baptiste Elie de Beaumont (1732-1786), jurisconsulte et avocat, intendant des Finances du comte d'Artois puis de Charles X. A chacune d'elles, est élus une Bonne fille, une Bonne mère, un Bon vieillard et un Bon chef de famille, à qui l'on remet un jeton en argent gravé. Par la suite, plusieurs localités imitent les festivités de Canon, dont Briquebec avec la célébration de sa Rosière. Selon Léon de La Sicotière, dans Les Rosières en Basse-Normandie (BH/BR/7995), ces jetons furent gravés par Duvivier et Gatteau.

BH/8/18669

Cote/Cotes extrêmes

BH/8/18669

Modalités d’acquisition

N° d'entrée : 2019_8_002 ; Modalité d'acquisition : achat (Vente le 7 novembre 2018 à l'Hôtel Drouot, IPCG : 2018M00110) ; Date d'entrée : janvier 2019

Notes sur l'exemplaire en main

Maroquin bleu, janséniste, dos à nerfs portant le titre doré, 2 jetons en argent encastrés dans chaque plat, doublure bord à bord de même maroquin, filet doré, gerdes de soie moirée prune, tranches dorées, non rogné, étui.

Jetons gravés pour la Fête des Bonnes-Gens des 9 octobre 1777 et 1776 à Mézidon-Canon.

Ex-libris de la bibliothèque de La Germonière. Ex-libris J.-C. D.

2 eaux-fortes pures du frontispice et une carte postale ancienne du château de Mézidon-Canon.