146J - Lucien Levillain, résistant

  • 146J Lucien Levillain, résistant
  • Objets et documents rapportés des camps.
Ecusson
Déplier tous les niveaux

Description physique

2, 5 ml

Origine

Monsieur Lucien Piquenet-Levillain.

Biographie ou Histoire

Lucien Levillain naît à Trouville le 2 juillet 1923. A quinze ans il se prépare à entrer à l'École d'aviation de Rochefort comme élève pilote mécanicien. Puis, au début de la guerre, il est employé comme ouvrier mécanicien dans un garage. Refusant de subir les mesures imposées par l'occupation allemande, il s'engage, début 1942, dans la Résistance aux côtés d'un ami, Lucien Lemariey. Il intègre alors le Front patriotique de la jeunesse, au nom duquel il distribue des tracts sous les portes des habitants, après le couvre-feu. Il mène également des actions d'intimidation à l'encontre des collaborateurs de la région trouvillaise. Il profite de son emploi dans un garage automobile de Deauville pour mener plusieurs sabotages sur des véhicules allemands. Après l'arrestation, le 5 juin 1943, de « Monique » (Micheline Jalabert), l'agent de résistance qui fait la liaison avec Caen, il rejoint un réseau de renseignement allié, le réseau Jean-Marie (Donkeyman), dépendant du Special Opérations Executive britannique (SOE), dirigé depuis Londres par le colonel Buckmaster.

Suite à un attentat manqué le 4 septembre 1943 sur un collaborateur de Trouville, 31 membres du réseau sont arrêtés par la Gestapo de Caen, celui-ci ayant été infiltré par le service de contre-espionnage de l'armée allemande. Lucien Levillain est arrêté le 10 septembre sur son lieu de travail. Il est torturé et interrogé au siège de la Gestapo à Caen (rue des Jacobins) mais parvient à garder le silence sur ses activités et celles de ses compagnons. Douze d'entre-deux sont fusillés. Le 13 septembre, il est incarcéré à la prison de Caen où il reste jusqu'au 24 janvier 1944.Il partage sa cellule avec le docteur Hautechaud qui était à la tête du réseau Buckmaster pour la basse Normandie. Lucien Levillain est ensuite transféré le camp de concentration de Buchenwald où le convoi arrive le 29 janvier. Après sa quarantaine au petit camp, block 62, Lucien Levillain est affecté, avec d'autres mécanos, au Kommando Julius de Schönebeck-sur-Elbe, le 18 février 1944. Occupant du block 4, table 9, il travaille à l'une des halles de l'usine Junkers Flugzeug und Motorwerke.

Il parvient à survivre jusqu'à l'évacuation du camp le 11 avril 1945 avec 1562 autres détenus. Après un premier échec, le jour l'évacuation, Lucien Levillain parvient à s'échapper de sa colonne, le 3 mai avec quelques camarades. Il est abrité pendant quelques jours par l'armée américaine dans un camp de prisonniers allemands, puis, le 10 mai, transporté jusqu'à une caserne de Schwerin (Mecklembourg-Poméranie-Occidentale).Le 17 mai Lucien Levillain quitte Schwerin en train pour la France. Il arrivce d'abord à Valenciennes puis il parvient Gare du Nord à Paris le 23 mai. Après un bref passage parl'hôtel Lutétia, il retrouve sa famille à Trouville, le 25 mai.

A son retour dans le Calvados, il regagne sa ville natale de Trouville où il demeure jusqu'à son décès, en 2017. ll aménage dans sa propriété un lieu de mémoire privé où il garde des objets, des notes, des photographies, témoins de ses années de Résistance mais surtout de sa déportation.

Modalités d'entrées

Don, 2017

Conditions d'accès

Communicable (Selon la réglementation en vigueur)

Conditions d'utilisation

Les documents peuvent être reproduits conformément au réglement des Archives du Calvados en vigueur. 

Source à mentionner : "Fonds Lucien Levillain"

Documents en relation

Archives du Calvados

Témoignages audiovisuels de Lucien Levillain réalisés par les Archives du Calvados de décembre 1995 à mars 1996, 2AV/129-2AV/131, 2AV/136

Témoignage audiovisuel enregistré à l'occasion du colloque Commémoration du 60e anniversaire de la Libération des camps de concentration et d'extermination le 5 mars 2005, 2AV/307-2AV-308

Bibliographie

Gérard Fournier et Lucien Levillain, De Trouville-sur-Mer à Buchenwald, itinéraire d'un déporté résistant, Éditions Charles Corlet, Condé-sur-Noireau, 2014.

Marie Josèphe Bonnet, Un réseau normand sacrifié : le réseau Jean-Marie Buckmaster du SOE britannique, Editions Ouest France, Rennes, 2016.

Mots clés lieux

Trouville-sur-Mer (Calvados)

Ecusson

Cote/Cotes extrêmes

146J/43

Présentation du contenu

Ecusson bleu-blanc-rouge avec une croix de Lorraine portant le matricule de Lucien Levillain (KLB 44.861)