37F - Fonds Vangeon

Déplier tous les niveaux

Biographie ou Histoire

Guillaume Vengeon alias Vangeon et Françoise Le François eurent un fils François qui épousa en 1775 Françoise Deseulle, puis en l'an V Anne Marie Le Boyer, veuve de Gabriel Vaumousse de Lisle, fille de Jacques Le Boyer et de Marie Violette. 

Modalités d'entrées

Dépôt en 2003.

Présentation du contenu

Les archives conservées (d'après le déposant, il semblerait qu'une partie d'entre elles a pu disparaître durant la période des combats de la Libération) portent pour l'essentiel sur la famille Vengeon et ses alliances.

Venus de Blay, via La Haye-Picquenot, et installés à Caen au XVIIIe siècle grâce aux deux mariages de François Vengeon (Deseulle, puis Le Boyer), les Vengeon quittent le milieu rural pour accéder à la petite bourgeoisie urbaine.

Ils s'implantent également sur la côte (Plumetot, Cresserons) à la suite des Deseulle, se constituant un patrimoine foncier de valeur, dont on suit la dévolution inhabituelle lors du décès de François, Victor, Charles Vangeon, au milieu du XIXe siècle.

Parmi les ensembles particuliers du fonds, on priviligiera le reliquat des papiers de la maison de commerce Le Boyer & Vaumousse de L'Isle, établissement de produits de mercerie tournée vers le Cotentin (dont sont originaires Les Le Bohier, alias Boyer), et les pièces, certaines anciennes, concernant les fief et seigneurie de Plumetot. Ce dernier ensemble éclaire le phénomène du décret de justice, souvent fatal aux familles nobles en voie d'appauvrissement (les de Manvieux, en l'occurrence). Il met également en lumière le tracas causé aux non-nobles par la taxe des francs-fiefs et nouveaux acquêts, transmise pour exploitation à la Ferme générale au début du règne de Louis XIV. Enfin, il permet de suivre l'ascension sociale, lente et exemplaire, de la famille Boistard, lors de la période courant de la fin du XVe au début du XVIIe siècle. Ce lignage asseoit sa propriété foncière à Plumetot de manière continue, puis, grâce à une charge de commis au greffe du Parlement de Rouen, un de ses membres achète le fief correspondant à ses acquisitions et peut alors commencer à s'agréger à la noblesse.

On notera, in fine, qu'une petite partie des archives de la maison commerciale a été réutilisée au XIXe pour établir des notes et copies d'actes divers. On les retrouve alors au verso de ces dernières.

Mots clés lieux

Maison de commerce Veuve Le Boyer

Cote/Cotes extrêmes

37F/4

Date

1770-1807

Présentation du contenu

Liquidation de la société (1785) ; lettres de change, billets à ordre, mémoires (1785) ; état de marchandises en compte (1770, 1807), avec des dépenses alimentaires (1789-an X) ; correspondance reçue (1784-1785, 1786-1789, 2 liasses) ; procédures commerciales engageant les parties suivantes : Bazire (1780) ; Beurrey (1777-1779) ; Biard (1780-1790) ; Degrenthe, Roger, Lucas (1772-1785) ; Desmonts (1766-1784) ; Dubois (1776-1778) ; du Perron (1775-1782) ; Dutot (1780) ; Fleuriel (1775-1776) ; Lagnel (1770) ; Lefèvre (1770-1772) ; Le Révérend (1777, 1786) ; Ménage (1791, 1789) ; Montagne (1782-1783) ; Moulin (1784-1785) ; Thinard (1780-1781) ; Tostain (1777) avec réemploi pour des comptes Vangeon (embauche de domestiques, 1814-1823).