F/8041-F/8157/2 - Papiers Henri Hamel sur les artistes et la Normandie

Déplier tous les niveaux

Cote/Cotes extrêmes

F/8041-F/8157/2

Biographie ou Histoire

Monsieur Hamel, qui avait le grade d'Inspecteur principal de la France d'Outre Mer, est né le 18 décembre 1911 à Sainte-Marie-Laumont (Calvados). Après avoir obtenu le certificat de licence de mathématiques générales, il interrompit ses études supérieures et entra dans la vie active dans l'Enseignement comme instituteur. Il fut ensuite militaire engagé volontaire pour cinq ans en 1935 et débarqua en Indochine le 8 mai 1936. Libéré de ses engagements sur sa demande, il reprit l'enseignement au lycée Albert Sarraut à Saïgon en 1941. Un an après il entrait aux chemins de fer d'Indochine, où il occupa plusieurs postes d'encadrement pour terminer comme chef du service du personnel (1942-1953).

 

En 1953, il est muté au Cameroun en qualité de secrétaire général des chemins de fer, poste qu'il occupe jusqu'en 1966. Lorsque le Cameroun devient indépendant, le ministre camerounais chargé des transports demande à Monsieur Hamel de poursuivre sa collaboration dans le service des chemins de fer en qualité de conseiller de direction, jusqu'en 1974 où il prit sa retraite (1953-1974).

 

En Indochine comme au Cameroun, Monsieur Hamel s'est essentiellemnt occupé des questions de personnel, tant du point de vue gestion que formation, et à ce titre rédigea de nombreux cours de droit civil, de droit administratif, de législation du travail. On en trouvera le souvenir dans ses papiers personnels sous forme d'une géographie du Cameroun (1967).

 

Son efficacité a été constante tout au long de sa carrière, et plus particulièrement encore à l'époque délicate de l'indépendance du Cameroun où la direction des chemins de fer passa sans à coups de l'administration française à l'administration camerounaise.

 

Les loyaux services de Monsieur Hamel lui valurent des décorations françaises, indochinoises et camerounaises : médaille coloniale d'Indochine, médaille d'honneur des chemins de fer français, mérite camérounais, ordre de la valeur camérounaise, Chevalier dans l'Ordre national du Mérite.

 

Il faut enfin signaler la participation de Monsieur Hamel, en qualité de journaliste, à la revue "La Vie du Rail" (France) et "Le Rail et le Monde"; comme écrivain et historien, il rédigea de nombreux articles pour le Bulletin de l'Association "Les Amis du Musée de Trouville et du Passé Régional" devenu Athéna sur la Touques.

Modalités d'entrées

Par testament déposé chez Maître Jourdain, de l'office notarial de l'avenue Victor Hugo à Paris, Monsieur Henri Hamel, qui demeurait 71, avenue Emile Zola 75015 à Paris, décédé le 18 janvier 1989, légua aux Archives départementales du Calvados ses archives.

Présentation du contenu

Il faut tout d'abord présenter Monsieur Hamel, qui depuis plus de quinze ans fréquentait assidûment les Archives de Normandie. 
Il venait chaque année passer une semaine ou plus à Caen et échangeait une correspondance avec les différents services d'archives ou les mairies afin d'obtenir les actes d'état civil des artistes qu'il étudiait et pour chacun desquels il constituzait un dossier. Nous conservons aux Archives du Calvados le souvenir d'un homme, toujours très courtois qui travaillait en salle de lecture, discrètement et sans déranger les autres.

La documentation qu'il a rassemblée, pendant trente ans environ est considérable. Il travaillait dans les bibliothéques et les archives à Paris et dans toute la Normandie, consultant la presse, les revues, les catalogues d'expositions et de salons... Il ne semble pas avoir dépouillé par contre systématiquement les catalogues de ventes en France et à l'étranger.

Les critères du choix des artistes était leur appartenance à la Normandie par leur naissance, et leurs participations à des expositions. Aussi, nous échappent un certain nombre "d'artistes" travaillant pour eux-mêmes et pour le plaisir, ou de personnalités venues en Normandie, mais qui n'en sont pas originaires, comme Henri de Saint Delis, qui a très souvent séjourné et qui est mort à Honfleur.

Rien ne semblait laisser prévoir ce travail, sinon le goût du pays de Normandie, de ses ciels, et de l'art qui animait Monsieur Henri Hamel, qui, pourtant, normand d'origine, a habité pendant toute sa vie active en Indochine et en Afrique, puis à Paris et à Saint Aygulf, près de Fréjus, dans le Var où il avait une villa de vacances.

Pi-R

Cote/Cotes extrêmes

F/8090

Présentation du contenu

Picard (Fernand), Pinchon (Nicolas), Pitoiset (Léon), Poisson (Louis), Poitevin (Marie), Poulain (Alphonse), Poussin (Nicolas), Prevost (Mme), Prevost-Ragaz (Marguerite), Prevost-Sebirot (Charles), Prey (Armand), Quelvée (François), Quenneville (Chantal), Raffin (André), Renard (Marcel), Richard-Cavaro (Charles), Roger (Pierre), Rogier (Gabriel), Romain (Jean-Baptiste, voir Harou), Rosse (Alfred), Roussel (Léon).

Conditions d'accès

Communicable