Ce portail est conçu pour être utilisé sur les navigateurs Chrome, Firefox, Safari et Edge. Pour une expérience optimale, nous vous invitons à utiliser l'un de ces navigateurs.

Jean Gohin

Jean Gohin est en tenue militaire et porte un béret.
Jean Gohin, [hiver 1944-1945], Collection particulière

Ce témoignage indique notamment : "J'entrais donc en 1943 dans l'OCM sous les ordres de M. Corson responsable EDF du canton et fus aussitôt chargé de plusieurs missions notamment : contacts avec le maquis de Vassy qui disposait d'un poste émetteur, repérage des diverses troupes allemandes dans la région et surtout je servais d'interprète pour tous les aviateurs dont l'avion avait été abattu car je parlais bien l'anglais et l'allemand première et deuxième langue au baccalauréat. Ces aviateurs étaient ensuite aussitôt regroupés et pris en charge par d'autres résistants et renvoyés en Angleterre soit par bateau mais plus souvent dirigés vers l'Espagne où une puissante organisation les prenaient en charge. Les contacts se faisaient de nuit pour ne pas mettre en danger ceux qui les avaient recueillis et m'obligeaient souvent à traverser la forêt dense dans cette région seul bien sûr, et très angoissant au début."

Témoignage manuscrit de Jean Gohin, s. d., AD14, 59J/199

Il est écrit : " Le lendemain, 9 juillet, les Alliés, principalement des Anglais et des canadiens libéraient Caen Nord  chassant tous les Allemands de cette zone occupée. Léonard Gille réunit tous les résistants présents et les personnalités locales place monseigneur des hameaux et on ressortit un drapeau bleu blanc rouge qui avait été confectionné par des résistantes et ce fut le lever des couleurs que l'on commémore tous les ans le 9 juillet à la même heure. Quelques officiers Alliés qu'avaient avisés les opérateurs y assistaient. Nous avons appris que la passerelle de Fleury avait bien été rendue inutilisable empêchant tout retrait des troupes allemandes. Pointleue me demanda de hisser le drapeau avec un autre résistant et ce fut un moment inoubliable car tout le monde chantait la Marseillaise."

Témoignage manuscrit de Jean Gohin, s. d., AD14, 59J/199

Jean Gohin y figure comme faisant partie des sous-officiers. Le mot mission en rouge a été ajouté à la main à côté de son nom.

Composition de la Compagnie Scamaroni au 30 juillet 1944, Jean Gohin apparaît dans les sous-officiers. Le terme mission fait référence à la mission Koenig, AD14, 59J/178.

Pour Jean Gohin, il est écrit : "Sergent des FFI animé d'un grand courage et d'un beau sang-froid. Volontaire pour les missions périlleuses, a accompli les 16 et 17 juillet 1944 une reconnaissance en profondeur au travers des lignes ennemies; a assuré la liaison avec les éléments de la Résistance de l'Intérieur rapportant des renseignements d'une grande importance militaire."

Extrait du journal Liberté de Normandie, 6 octobre 1944, AD14, 13T/1/174

Ce site utilise des cookies techniques nécessaires à son bon fonctionnement. Ils ne contiennent aucune donnée personnelle et sont exemptés de consentements (Article 82 de la loi Informatique et Libertés).
Vous pouvez consulter la politique de confidentialité sur le lien ci-dessous.