Ce portail est conçu pour être utilisé sur les navigateurs Chrome, Firefox, Safari et Edge. Pour une expérience optimale, nous vous invitons à utiliser l'un de ces navigateurs.

Charlotte Corday

C'est clairement l'image d'une jeune femme à l'époque révolutionnaire qui est présentée ici.
Portrait de Charlotte Corday, AD14, 19FI/6

Deux représentations de Charlotte Corday illustrent l'article.

Article de La Revue illustrée du Calvados, n°5, mai 1912, AD14, 14T/23/1/2/3

Photographie du cachet avec un message accroché par un lien.
Le message manuscrit précise : "Cachet qui a scellé les quatre lettres que le citoyen Pierre Charles Philippe avait chargé Charlotte Corday de remettre à leurs adresses à Paris ce qu'elle fit exactement la veille d'assassiner Marat. Une note précise que Pierre Charles Philippe était un des membres du Directoire du District de Caen.
Cachet ayant servi à sceller les lettres amenées par Charlotte Corday à Marat, AD14, nouvacq/246

Cette lettre écrite quatre jours avant sa mort indique de façon manuscrite avec la signature de Charlotte Corday : "pardonnées moi mon cher papa d'avoir disposé de mon existance sans votre permission, j'ai vengé bien d'innocentes victimes, j'ai prévenu bien d'autres désastres, le peuple un jour désabusé se réjouira d'être délivré d'un tyran, si j'ai cherché à vous persuadé que je passais en Angleterre c'est que j'espèrais garder lincognito mais j'en ai reconnu l'impossibilité. J'espère que vous ne ferés pour tourment en tous car je crois que vous aurés des défenseurs à Caen, j'ai pris pour défenseur Gustave Doulat, un tel attentat ne permet nulle défense c'est pour la forme. Adieu mon cher papa, je vous prie de moublier ou plutôt de vous réjouir de mon sort la cause est belle. J'embrasse ma soeur que j'aime de tout mon coeur ainsi que tous mes parens, noubliés pas ce vers de Corneille. Le crime fait la honte et non pas l'échafaud. C'est demain à huit heures que lon me juge, ce 16 juillet." signé Corday

Lettre écrite par Charlotte Corday à son père depuis la prison, AD14, F/5350

Portrait sous forme de buste
Archives du Calvados, 1FI/760, portrait de Charlotte Corday, par Vestier et par Lacauchie et Roze, estampe 31,5 x 21,5 cm , seconde moitié du XIXème siècle
Charlotte Corday est représentée les mains attachées.
Archives du Calvados, 1FI/760, portrait de Charlotte Corday, par Vestier et par Lacauchie et Roze, estampe 34 x 26,5 cm , seconde moitié du XIXème siècle
Un chaperon couvre la tête de Charlotte Corday.
Archives du Calvados, 1FI/1165, portrait de Charlotte Corday publié par Furne à Paris, estampe 30 x 23,5 cm, première moitié du XIXème siècle
La coiffure en queue de cheval détonne par rapport aux autres représentations plus traditionnelles.
Archives du Calvados, 17FI/12, portrait de Charlotte Corday "assassin de Marat, née à Caen. Morte à Paris sur l'échafaud en 1793" par H. Garnier et Ducarme, estampe 29,7 x 22,2 cm, vers 1830-1860
Un chaperon couvre la tête de Charlotte Corday.
Archives du Calvados, 17FI/952, don Gosselin, "Marie-Anne-Charlotte Corday. Née à St Saturnin-les-Vignaux [sic], agée de 25 ans moins 3 mois, décapitée le 17 juillet 1793, pour avoir assassiné Marat le 13 du même mois", par P. M. Alix sculp., lithographie couleur 33 x 25,2 cm, vers 1817
Charlotte Corday semble plus âgée que sur les autres représentations.
Archives du Calvados, 17FI/1432, portrait de Charlotte Corday par le graveur Charles Waltner (1846-1925), eau-forte 50 x 32,5 cm, vers 1880-1910
Charlotte Corday est représentée un poignard à la main avec des serpents autour d'elle. Les dates 1768-1793 sont écrites en haut à gauche.
Dessin similaire au premier mais plus précis.
Dessins préparatoires par Henri Düler pour les treize sculptures bas-relief réalisées en 1950 sur l'hôtel Malherbe, situé place Foch à Caen, ici ceux représentant Charlotte Corday, AD14, 42FI/405

Charlotte Corday signe m.a.c. Corday

Acte de baptême où Charlotte Corday signe en temps que marraine de Cécile Charlotte Boschet en 1791, AD14, 142EDT/19

L'extrait concernant Charlotte Corday se situe sur la page de droite.

Extrait de la monographie communale de Lingèvres écrite en 1887 par Ernestine Morin, AD14, BH/BR/9429

Pour aller plus loin

Ce site utilise des cookies techniques nécessaires à son bon fonctionnement. Ils ne contiennent aucune donnée personnelle et sont exemptés de consentements (Article 82 de la loi Informatique et Libertés).
Vous pouvez consulter les conditions générales d’utilisation sur le lien ci-dessous.