Ce portail est conçu pour être utilisé sur les navigateurs Chrome, Firefox, Safari et Edge. Pour une expérience optimale, nous vous invitons à utiliser l'un de ces navigateurs.

Hélène Prunier née Geffray

Photographie type photo d'identité
Hélène Prunier, Collection Jean Quellien

Il est indiqué manuscritement : "secrétaire du groupe, distributions de tracts, journaux clandestins, "Petites Ailes", service de renseignements, photographies militaires, chargée de la confection de la feuille locale qui était jointe aux journaux clandestins de Paris."

Extrait du dossier individuel de déporté et interné résistant d'Hélène Prunier , SHD/Caen, AC 21P 651721

Le rapport tapuscrit indique : "La police allemande de Caen a opéré au cours de ce mois, le samedi 15 courant, une perquisition au domicile des époux Prunier, Pierre, âgé de 28 ans, agent de la compagnie d'assurances "La Populaire", 95 rue de Caen à Lisieux. La perquisition terminée, Madame Prunier a été arrêtée et conduite en voiture par les policiers allemands à Caen. Madame Prunier née Geffrey Hélène, âgée d'une vingtaine d'années, sans profession, est mariée depuis 4 à 5 mois environ. Elle aurait été arrêtée pour propagande Gaulliste, mais je n'ai pu obtenir d'autres renseignements, les autorités allemandes gardant le silence le plus complet sur cette affaire."

Rapport du commissaire de Lisieux au préfet du Calvados pour le mois de novembre 1941, 24 novembre 1941, AD14, 9W/33

Le procès-verbal indique : "Le 15 novembre 1941 alors que j'habitais 95, rue de Caen, à Lisieux (Calvados) depuis le 25 octobre 1941, date à laquelle j'avais quitté Caen où je demeurais précédemment 19, rue des croisiers, j'ai été arrêtée à mon domicile vers 9 heures du matin par 3 ou 4 membres de la Feldgendarmerie. Les Allemands m'nt déclaré que j'étais accusée d'être contre eux et ils se sont livrés à une perquisition à mon domicile, qui est demeurée sans résultat. Ils recherchaient surtout des papiers. Ils m'ont emmenée à Caen à la Gestapo où l'on m'a reproché la diffusion de journaux."

Procès-verbal d'audition d'Hélène Prunier, 5 janvier 1946, AD14, 991W/68

Le nom d'Hélène Prunier apparaît en huitième place de cette liste dans un document en allemand. Il est précisement inscrit la concernant : 8) Ehefrau Hélène Prunier, geb. 11.1.1920 in Caen, wohnhaft in Lisieux." Les autres noms mentionnés sontceux de Raymond Dintzner, Paul Fougy, Roger Falcoz-Vigne, Paul Guilbert, Gaston Grandrie, Louis Bedel, Albert Escolan et Marie Tirel. Le nom de Marie Bindault est barré.

Note de la Feldkommandantur 723 mentionnant la condamnation aux travaux forcés d'Hélène Prunier et de ses camarades, 14 juin 1942, AD14, 1166W/32/1

La date de déportation indiquée est le 16 juin 1942. Les lieux de déportation successifs sont ensuite listés : Aurath (Westphalie) du 14 juillet 1942 au 27 janvier 1944, Jauer (Silésie) du 11 février 1944 au 29 janvier 1945 et Aichach (Bavière) du 21 février 1945 au 29 avril 1945."

Extrait du dossier individuel de déporté et interné résistant d'Hélène Prunier , SHD/Caen, AC 21P 651721

Ce site utilise des cookies techniques nécessaires à son bon fonctionnement. Ils ne contiennent aucune donnée personnelle et sont exemptés de consentements (Article 82 de la loi Informatique et Libertés).
Vous pouvez consulter la politique de confidentialité sur le lien ci-dessous.