Ce portail est conçu pour être utilisé sur les navigateurs Chrome, Firefox, Safari et Edge. Pour une expérience optimale, nous vous invitons à utiliser l'un de ces navigateurs.

Le quartier de la Folie-Couvrechef à Caen

L'origine du nom Folie-Couvrechef

Les hameaux de La Folie et de Couvrechef sont mentionnés. Ils sont isolés du reste de la ville de Caen.

Tableau d'assemblage du cadastre de Caen en 1810, AD14, 3P/1932

Avant la Seconde Guerre mondiale

Sur cette photographie, on voit une femme et un chien dans une rue boueuse avec des maisons aux façades en pierre qui font penser à une ferme.

Photographie du hameau de Couvrechef en mai 1904, album photographique ''Devaux'', AD14, 2FI/838

Des hameaux progressivement inclus dans le développement urbain de Caen

Photographie aérienne de La Folie-Couvrechef en 1946 réalisée par le Ministère de la Reconstruction et de l'Urbanisme, AD14, 70FI/136
Photographie aérienne de La Folie-Couvrechef en 1946 réalisée par le Ministère de la Reconstruction et de l'Urbanisme, AD14, 70FI/144

Le quartier apparaît ici comme un ilot urbain isolé du reste de la ville, mais à proximité immédiate du Centre Hospitalier Universitaire et du périphérique.

Vue aérienne du quartier de La Folie-Couvrechef en 1984, fonds Marcel Chevret, AD14, 113FI/1

Sur cette photographie aérienne, on voit que le quartier du Mémorial de Caen est aux prémices de son développement.
Vue aérienne du Mémorial de Caen en 1996, fonds Marcel Chevret, AD14, 113FI/1
Les motifs circulaires du parc floréal sont perceptibles dans le paysage urbain caennais grâce à cette photographie aérienne.
Vue aérienne du parc de la "Colline aux oiseaux" en 1996, fonds Marcel Chevret, AD14, 113FI/1

Zoom sur quelques archives du groupe scolaire de La Folie

Des plans en élévation permettent de se représenter l'école qui reprend l'ensemble des codes de l'architecture de la Reconstruction.
Plans pour la reconstruction l'école de La Folie en 1952, fonds du cabinet d'architecte Henri Le Boullanger, AD14, 155J/529

Cette représentation par le nombre des bâtiments qui compose le groupe scolaire traduit l'éclatement voulu par l'architecte dans un parc arboré typique des années 1970. L'école n'est plus un seul bloc mais un ensemble de bâtiments et d'espaces récréatifs dont des terrains dédiés à la pratique sportive.

Plan en élévation du groupe scolaire de La Folie réalisé pour la demande de permis de construire en 1976, AD14, 1852W/47

Une école maternelle et une école primaire bordent l'entrée qui mène à une cantine. Des logements, une loge pour le gardien et des terrains multisports viennent compléter l'ensemble.
Plan du rez-de-chaussée du groupe scolaire de La Folie en 1976, AD14, 1852W/46
La décoration prévue s'étale au sol et remonte sur la paroi verticale juste à côté de l'entrée du groupe scolaire.
Plan du groupe scolaire Michel Trégore en 1979, projet de décoration du mur de la façade d'entrée, AD14, 1852W/46

Pour aller plus loin

Ce site utilise des cookies techniques nécessaires à son bon fonctionnement. Ils ne contiennent aucune donnée personnelle et sont exemptés de consentements (Article 82 de la loi Informatique et Libertés).
Vous pouvez consulter les conditions générales d’utilisation sur le lien ci-dessous.