Ce portail est conçu pour être utilisé sur les navigateurs Chrome, Firefox, Safari et Edge. Pour une expérience optimale, nous vous invitons à utiliser l'un de ces navigateurs.

Lucien Levillain

Il s'agit d'une photographie d'identité de face.
Lucien Levillain, s. d., AD14, Fonds Lucien Levillain, 146J/6
L'attestation indique que Lucien Levillain a été arrêté le 10 septembre 1943 et rapatrié le 24 mai 1945. Il est précisé qu'il fut agent P2 aux mêmes dates en qualité de chargé de mission de 3 classe et qu'il avait le grade de sous-lieutenant..
Attestation d'appartenance au réseau Jean-Marie Buckmaster, 1948, AD14, Fonds Lucien Levillain, 146J/1
Une photographie d'identité de profil figure en haut à gauche du document. Une bannière bleu, blanc, rouge forme un liserai en haut à droite. Le document est signé de la main de Lucien Levillain. La mention "déporté est notamment indiquée.
Carte de résistant de la Fédération nationale "Libre Résistance", 1946, AD14, Fonds Lucien Levillain, 146J/1

Le document indique notamment que : "Le jeune Levillain Lucien Georges, né le 2 juillet 1923 à Trouville, de Raymond et de Moustie Alice, mécanicien, demeurant chez ses parents à Trouville, 20 rue des Ecores a été arrêté par les soins de la police de sûreté allemande de Caen le 10 septembre 1943, soir. Il a été emmené le 13 septembre 1943 par ces mêmes services et incarcéré à la prison allemande de la Maladrerie. Le motif de l'arrestation du jeune Levillain n'a pas été porté à la connaissance de Monsieur le Commissaire de Trouville et de même malgré les nombreuses demandes de son père, aucun renseignement de cette nature n'a été communiqué. Cependant, étant donné que l'arrestation eut lieu à la même époque qu'un sieur Feron Roger et d'une dame Vautier, concubine du sieur Dobert, inculpé de meurtre sur la personne d'un chauffeur policier allemand, il serait à présumer que les services de police allemands aient arrêté Levillain pour complicité bien que la conduite et la moralité du jeune Levillain ainsi que les renseignements nettement favorables recueillis sur son compte et sur celui de ses parents, ne soient pas de nature à le faire considérer comme appartenant à une organisation terroriste. Monsieur Levillain père qui a souvent rendu visite à son fils à la prison de Caen a longuement interrogé ce dernier mais n'a pu obtenir aucun renseignement concernant le motif de son arrestation."

Lettre du sous-préfet de Lisieux au préfet du Calvados concernant l'arrestation de L. Levillain, 25 janvier 1944 (soit le lendemain du départ de Lucien pour Compiègne), AD14, 1166W/27

Ce site utilise des cookies techniques nécessaires à son bon fonctionnement. Ils ne contiennent aucune donnée personnelle et sont exemptés de consentements (Article 82 de la loi Informatique et Libertés).
Vous pouvez consulter la politique de confidentialité sur le lien ci-dessous.