Ce portail est conçu pour être utilisé sur les navigateurs Chrome, Firefox, Safari et Edge. Pour une expérience optimale, nous vous invitons à utiliser l'un de ces navigateurs.

Robert Thomas

Robert Thomas assis portant un manteau ample.
Robert Thomas, s. d., Collection Jean Quellien

Il est indiqué : "Je soussigné, Colonel Girard-Moreau, Sous-Chef du réseau Centurie, certifie que M. Thomas RObert, appartient au dit réseau en qualité de chargé de mission de troisième classe P.2. depuis mai 1942 jusqu'à la Libération."

Attestation d'appartenance de Robert Thomas au réseau Centurie, 1947, AD14, 1101W/219

Carte entièrement manuscrite sur un papier jauni par le temps. Une légénde  en haut à droite indique la signification des figurés utilisés.
Plan de Jersey et légende, s. d., collection Mlles Thomas
Un système de numéros précise le lieu des installations et défenses allemandes.
Documents publiés dans le Bulletin de liaison et d'information interne des Archives du Calvados, n°3, mai 1994, AD14, 14T/33/37

La famille Thomas

Les deux sont devant un arbre en robe avec des gants blancs.
Marthe (à gauche) et Madeleine, août 1943, AD14 59J/201
Les deux sont devant un arbre en robe. Jeanne porte des gants blancs.
Louise (à gauche) et Jeanne, août 1943, AD14 59J/201
Il est précisé : "Thomas Madeleine, employée de bureau, domiciliée  22 rue Montaigu à Caen, a été condamnée à 5 mois de prison pour récidive d'écoute clandestine. Thomas Jeanne, fille de salle, domiciliée à Caen 22 rue Montaigu a été condamnée à 3 mois de prison pour récidive d'écoute clandestine. Thomas Marthe, domiciliée 22 rue Montaigu à Caen employée de bureau, a été condamnée à 7 mois de prison pour récidive d'écoute clandestine."
Condamnation de Marthe, Madeleine et Jeanne, note du commissaire aux renseignements généraux, 8 décembre 1943, AD14, 1166W/30
Il est notamment écrit : 'Courageux jusqu'à la témérité, a participé depuis plus de 3 ans au service de renseignements, a vu tous les membres de sa famille arrêtés et a dû garder le maquis pendant 8 mois, a dans la nuit du 17 au 18 juillet 1944 traversé les lignes ennemies, ramenant aux troupes canadiennes les aviateurs alliés abattus et dont il avait la charge depuis plus d'un mois."
Il est notamment écrit : "élément très actif de la résistance française à l'occupant, agent récupérateur des aviateurs alliés dans les départements côtiers pour le réseau Marie-Odille. Récupère, héberge ou convoie plusieurs dizaines d'aviateurs alliés relâchés par la Gestapo. A continué son activité malgré l'arrestation de toute sa famille donnant ainsi le plus bel exemple de courage. Croix de Guerre 2 étoiles bronze, médaille résistance française, medal of freedom, chevalier de la légion d'honneur par décret du 14.6.51 (J.O. numéro 145 du 21.6.51)
Extraits de la fiche matricule de Robert Thomas (n° 564), AD14, 1R/597
Ce site utilise des cookies techniques nécessaires à son bon fonctionnement. Ils ne contiennent aucune donnée personnelle et sont exemptés de consentements (Article 82 de la loi Informatique et Libertés).
Vous pouvez consulter les conditions générales d’utilisation sur le lien ci-dessous.